•                            LES CLOCHES

     On se sert de cloches pour marquer le commencement et la fin d'un rituel.
    Symbole de la Déesse, ses notes semblent vibrer, de ce plan à l'autre, créant une énergie positive autour du cercle.

    Instrument rituel d'une incroyable antiquité, la cloche déclenche des vibrations aux effets puissants, correspondant à son volume, à sa sonorité et à la matière dont elle est formée.


    Comme elle est un symbole féminin, la cloche sert souvent à invoquer la Déesse dans les rituels.

    On l'agite aussi pour détourner les mauvais sorts et les esprits malfaisants, pour stopper les tempêtes, ou pour évoquer les énergies positives. Placée dans l'armoire de cuisine ou accrochée à la porte, elle protégera la demeure.

    Lors des rituels, il arrive que l'on agile une cloche pour marquer les différentes étapes et pour indiquer le début ou la fin d'une incantation.

    Vous pouvez utiliser n'importe quel type de cloche.

    Tout le monde n'accepte pas la cloche sur l'autel.


     Contrairement à ce que soutenait Aleister Crowley, la cloche ne sert absolument pas à paralyser l'univers 
                                                                     pour imposer la volonté du mage !
     Au contraire, la magie du son est très puissante, et la cloche aide à communiquer harmonieusement avec
                                                                             la musique de la nature.



     


    Retour                                                                                                                                                            Sommaire
       
         

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  •                    LES ROBES

     Certaines Sorcières, et certains Sorciers, préfèrent travailler nu(e)s : "vêtu(e)s de ciel". D'autres préfèrent porter des robes.

    La couleur est le plus souvent une affaire de préférence de la part de l'individu ou du groupe; en aucune façon le noir n'est de rigueur mais si l'on porte des couleurs claires, attention aux taches de vin.

    La plupart des étoffes sont aussi acceptables, mais les fibres naturelles sont préférables.

    Faites très attention aux bougies et aux feux de joie, si l'étoffe que vous portez n'est pas ignifugée.






     

     


     








    Retour                                                                                                                                                            Sommaire
       

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  •                                                                                  LE CHAUDRON

      Le chaudron est l'outil par excellence de la sorcière.
    Ce récipient antique destiné à la cuisson et à la préparation des philtres est imprégné de mystère et d'un long passé magique. Le chaudron est le contenant dans lequel s'opère la transformation magique;  il est la coupe du Graal, la source sacrée, la mer de la création originelle.

    En métal ou en terre cuite, pourvu de trois pieds, pour représenter la nature triple de la Déesse, il symbolise l'élément eau. Il est associé à la renaissance et à l'inspiration.

     


     Pendant les fêtes saisonnières, il sert à divers usages, comme tenir une bougie, contenir de l'eau, ou des fleurs.

    Il est aussi très utilisé pour "Tapple-bobbing" (jeu consistant à essayer d'attraper avec les dents des pommes flottant sur l'eau) de Samhain.

    Nous avons tous vu des dessins de sorcière mélangeant quelque étrange potion dans un grand chaudron, identique à celui qu'employaient les grands-mères pour cuire la polenta dans les villages de montagne des Alpes italiennes.

    Dans ces régions où les stocks de bois étaient importants, le chaudron, accroché par une chaîne dans la cheminée, était l'instrument principal de la cuisine paysanne.

    Le chaudron rempli de soupe fumante fut le protagoniste des cuisines anglaises et écossaises jusqu'à la fin du XIXe siècle.



    Les légendes celtes concernant le chaudron de Cerridwen ont profondément influencé la Wicca contemporaine.
    Le chaudron devient souvent le centre du rituel. Lors des rites du printemps, on le remplit parfois de fleurs et d'eau fraîche; en hiver, il arrive qu'un feu soit allumé à l'intérieur du chaudron pour représenter le retour de la chaleur et la lumière du soleil (le dieu) qui émanent du chaudron (la déesse).
    Cet usage se rattache aux mythes agricoles où le dieu naît en hiver, atteint sa maturité en été et meurt après la dernière récolte.
    L'idéal serait un chaudron en fer reposant sur trois pattes, avec une ouverture plus étroite que la panse. Trouvez un chaudron, même de petite taille, peut s'averer difficile - mais une recherche minutieuse mènera généralement à la découverte d'un chaudron quelconque. Certaines maisons de vente par correspondance ont des chaudrons en stock, mais non de façon régulière. Vous pourriez vous adresser à elles.


     Il existe des chaudrons de toutes les dimensions, des petits qui font quelques centimètres de diamètre aux monstres ayant un mètre de largeur.

    Lorsqu'on le remplit d'eau et que l'on regarde fixement son rond noir comme de l'encre, le chaudron peut devenir un instrument de divination. Il peut aussi servir à la préparation des « infâmes » mixtures wiccas ; n'oubliez pas cependant qu'il faut un bon feu et beaucoup de patience pour faire bouillir des liquides dans les plus grands modèles.
    De nos jours, la majorité des wiccas utilisent la cuisinière et une marmite.

    Si vous avez du mal à trouver un chaudron, persévérez et celui-ci finira par se matérialiser.
    Demandez à la Déesse et au Dieu d'en placer un sur votre route, cela ne pourra nuire.

    Dans la pratique Wicca, le chaudron est destiné à un usage magique, même si, bien entendu, il n'a plus son volume d'origine. En effet, qui pourrait se permettre d'avoir un objet aussi encombrant placé au centre de l'autel ?
    On trouve dans le commerce des chaudrons qui ne sont pas plus grands qu'une casserole normale, et qui s'adapteront parfaitement à l'usage que vous en ferez.


    Cependant, son usage est limité et on s'en sert surtout pour brûler des herbes, des feuillets contenant des doléances, des sortilèges, etc.
    Il est, de nos jours, rarement autre chose qu'un élément décoratif à l'intérieur du cercle.

     


    Retour                                                                                                                                                            Sommaire

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  •                                                                                   LE PENTACLE

     C'est un objet, habituellement de bois, de métal ou de cire, dans lequel est un pentagramme est inscrit.

    Il s'agit d'une étoile à cinq branches circonscrite par un cercle, avec une pointe tournée vers le haut pour symboliser le pouvoir du mental.

    Elle rappelle l'homme de Léonard, et elle sert à protéger ceux qui font de la magie des éventuels retours du sort, des erreurs ou des ondes négatives.

    Le pentagramme est une étoile à cinq branches; c'est un symbole important de la Wicca.
    Il représente l'élément terre, et les cinq points symbolisent les éléments: terre, eau, air, feu-et esprit.

    Le pentagramme est utilisé avec une branche pointant vers le haut, représentant la suprématie de l'esprit sur les éléments. Quand il est inversé, il symbolise la domination de la matière sur l'esprit.

    Le pentacle consiste le plus souvent en une plaque faite de cuivre, d'or, d'argent, de bois, de cire ou d'argile, où sont inscrits certains symboles.

    L'étoile à cinq branches utilisée en magie depuis des millénaires, le pentagramme, est le symbole le plus commun et, à vrai dire, le seul qui soit indispensable.

    Le pentacle a été «emprunté» à la magie cérémonielle.




      Dans cet ancien art, il était un instrument de protection, d'évocation des esprits.
    Dans la Wicca, le pentacle représente l'élément terre. Tel un outil pratique, sur lequel on peut déposer amulettes, charmes ou autres objets afin de les consacrer selon les rites.

    Il sert parfois à appeler les dieux et les déesses.




    Il arrive aussi que les pentacles soient accrochés au-dessus des portes et des fenêtres, où ils agissent comme protecteurs, nu qu'ils soient manipulés selon un rite particulier pour attirer l'argent, à cause du rapport d'analogie qui existe entre le pentacle et la terre. 




    Retour                                                                                                                                                            Sommaire

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    1 commentaire
  •         L'ENCENSOIR

     L'encensoir sert à brûler l'encens.
    Il peut s'agir d'un encensoir de métal élaboré, que l'on agite, comme ceux utilisés par l'Eglise catholique, ou d'un simple coquillage où l'encens se consume lentement pendant les rites wiccas.

    Si vous ne pouvez trouver un encensoir convenable, fabriquez-en un.
    Un bol ou une tasse quelconques à demi remplis de sable ou de sel feront l'affaire.
    Le sable ou le sel absorbent la chaleur du charbon de bois ou de l'encens et empêchent le bol de se fendre.
    On peut en outre enfoncer les bâtons d'encens dans le sel ou placer les cônes à la surface.

    L'usage de l'encens clots les rituels et la magie constitue un art en soi. Si un sortilège on un rituel n'exigent aucun encens spécifique, faites appel à votre intuition et à votre créativité personnelles pour déterminer le mélange à utiliser.

    On peut utiliser l'encens en bâton, en cône ou en cube, mais la majorité des wiccas ont une préférence pour l'encens brut ou en poudre, devant être brûlé sur du charbon de bois, que l'on peut se procurer chez les fournisseurs spécialisés dans les sciences occultes. L'un ou l'autre conviennent parfaitement.

    On peut acheter dans le commerce des encensoirs en métal montés sur trépied, qui se conforment parfaitement aux buts recherchés par la tradition Wicca, mais une petite coupe en terre cuite dans laquelle vous mettrez une couche de sable peut aussi convenir. En revanche, ceux qui utilisent des bâtons d'encens peuvent acheter des brûleurs de formes variées, que l'on trouve aisément dans le commerce et qui sont généralement fabriqués en Orient.



    Dans la magie cérémonielle, on commande parfois aux « esprits » de se manifester sous une forme visible dans la fumée qui monte de l'encensoir. Bien que cette pratique ne fasse pas partie de la Wicca, il est quelquefois possible d'apercevoir le dieu et la déesse dans les volutes de fumée. Rester assis à observer la fumée en respirant lentement peut avoir un effet hypnotique, et vous pourriez très bien glisser dans un état modifié de conscience.


    S'il est célébré à l'intérieur, le rituel wicca ne saurait être complet sans encens. À l'extérieur, le feu le remplace souvent, ou on pique des bâtons d'encens dans le sol.

      Par conséquent, l'encensoir est un outil essentiel lors des rites célébrés à l'intérieur.

    Pour certains wiccas, l'encensoir représente l'élément air.

    Lorsque des images représentant les déités se trouvent sur l'autel, il arrive souvent que l'encensoir soit placé devant elles.



     


    Retour                                                                                                                                                            Sommaire

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique